Si la lune éclaire nos pas de Nadia Hashimi

     Voici un roman que j’attendais avec grande impatience. J’ai lu le premier livre de Nadia Hashimi La perle et la coquille qui fut un coup de coeur. L’histoire m’a complètement bouleversée. J’ai adoré la plume délicate de l’auteure, son écriture est magnifique, puissante et tellement émouvante. Je remercie les éditions NetGalley et Milady de m’avoir permis de lire Si la lune éclaire nos pas, son second roman.

Nadia Hashimi est pédiatre, elle est née et a grandit aux Etats-Unis. Son premier livre, La perle et la coquille eu un énorme succès et a reçu le prix des lectrices 2016. Elle a également écrit deux autres romans, pas encore publiés en France (impatiente je suis) A house without windows et One half from the east. Le pays natal de ses parents et grand-parents est la source d’inspiration de Nadia Hashimi. Ses histoires sont ainsi basées en Afganistan. Elles dépeignent la condition féminine dans ce pays ravagé par la guerre et l’oppression.

Si la lune éclaire nos pas

Je voulais que mes enfants aient une vie d’enfants. Je voulais qu’ils rient, qu’ils jouent… qu’ils apprennent. Je voulais qu’ils fassent les choses que j’aurais dû faire quand j’étais petite. Jusqu’où devons-nous fuir ?

Si la lune éclaire nos pas envie de lecture

       L’histoire se passe à Kaboul. Nous suivons Fereiba, la narratrice, sur plusieurs décennies. Elle grandit avec son père et sa belle-mère en ayant le sentiment d’être rejetée. Kokogul est une femme égocentrique et superstitieuse qui ne rate pas une occasion d’être odieuse avec sa belle-fille. Alors que Kokogul en fait sa servante, Fereiba espère plus que tout aller à l’école et apprendre. Malgré une enfance pénible qui l’a forgée, elle voit son souhait exaucé des années plus tard. En 1979, les soviétiques entrent sur le sol Afghan. C’est dans ce contexte difficile et contre toute attente que Fereiba trouve l’amour. Son diplôme en poche, elle devient enseignante. Fereiba est alors maman de deux enfants, Salim et Samira.

En 1997, les talibans prennent le pouvoir et imposent leur système totalitaire à tous. La vie de la famille Waziri prend alors un tournant tragique. Fereiba qui a toujours eu soif de liberté se voit contrainte d’arrêter d’enseigner, Samira quant à elle ne pourra jamais aller à l’école. Le bonheur qui a mis du temps à lui parvenir lui est brutalement arraché. La vie à Kaboul est de plus en plus suffocante. Mais alors que faire? Fuir ou mourir ? Fereiba ne voit plus d’avenir dans ce pays meurtri et gangrené par la haine, encore moins avec un troisième enfant en route. C’est ainsi qu’elle va à contre coeur rassembler le peu de bien qui lui reste et quitter Kaboul  avec ses enfants, direction Londres.

Fereiba, Salim, Samira et Aziz encore bébé, s’embarquent ainsi dans un long et tumultueux voyage, dans l’espoir d’une vie meilleure. Un périple semé d’obstacles passant par l’Iraq, la Turquie, la Grèce, l’Italie puis la France. Des épreuves les attendent, comme si la violence, le sang et la mort qu’ils voulaient quitter les poursuivaient. Mais, dans l’obscurité, la lumière surgit parfois, des personnes charitables croiseront leur chemin leur apportant un peu d’aide, un sourire, de quoi leur donner la force de continuer.

Au fil des pages une seconde voix apparaît, retraçant les périples de Salim. Le jeune garçon de treize ans se verra propulsé dans un monde d’adultes sans y avoir été préparé. Pris au piège, il n’aura d’autres choix que de s’assumer malgré son jeune âge et prendre des décisions importantes, sa vie en dépend. Il rencontre des personnes de diverses nationalités, Africains, Irakiens et tant d’autres, tous fuyant la guerre et la misère. Il découvre l’effroyable et inquiétante réalité des camps de réfugiés, se déplaçant vers les grandes villes d’Europe. Salim devra apprendre à survivre malgré la peur constante qui le guette, le moindre uniforme le faisant tressaillir. Les passeurs, les embarcations clandestines, les camions dans les ports, cet univers lui deviendra tristement familier, le prix pour un jour peut être, vivre dans la paix.

Si la lune éclaire nos pas mon avis

coupdecoeur enviedelecture

Encore une fois, Nadia Hashimi m’a bouleversée, Si la lune éclaire nos pas m’a profondément émue, ce fut un gros coup de coeur. D’abord avec la première partie du livre qui est ma préférée. Elle retrace l’enfance de Fereiba, sa vie, de sa naissance à son départ de la maison familiale. J’ai apprécié découvrir cette femme attachante, courageuse et déterminée, malgré le destin tragique qui la frappe.  J’ai été transportée et captivée par son récit qui m’a émue aux larmes. Les moments d’incertitude, de crainte et d’espoir qu’elle vit sont saisissant. J’ai eu tellement envie d’arriver à la fin du livre pour connaitre le dénouement. L’envie de faire durer le plus longtemps ma lecture et ainsi avoir la compagnie de Fereiba et Salim m’a finalement fait tourner les pages plus lentement.

Après m’être attachée à Fereiba, j’ai été un peu chagrinée de la lire de moins en moins dans la seconde partie qui est plus concentrée sur le vécu de Salim. Néanmoins, j’ai aimé découvrir ce jeune garçon, j’ai été admirative de voir comment il s’est adapté aussi rapidement à la situation. Au lieu de s’amuser et aller à l’école comme les garçons de son âge sont censés le faire, Salim a endossé les responsabilités d’un homme du jour au lendemain. Déchirant, poignant. Le parcours vers l’Europe vécu par cet enfant est effrayant. On découvre la dure et sombre réalité des camps, les embarcations de fortune où la mort guette ses passagers à chaque traversée. Des moments pénibles qui forgent peu à peu Salim et le transforment à jamais. Le petit garçon insouciant de Kaboul n’est plus depuis longtemps.

Bien que Nadia Hashimi ait écrit son roman en 2009, donc bien avant la crise migratoire actuelle, je n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle. Il y a une ressemblance frappante entre le voyage de Salim et celui de millier de réfugiés notamment Syrien qui ont rejoint l’Europe pour fuir les atrocités qui règnent dans leur pays. Si la lune éclaire nos pas traite ainsi d’un sujet brûlant d’actualité. A travers l’histoire de Fereiba, l’auteure redonne la dignité perdue de ces personnes, elle les humanise et nous fait comprendre que ce sont des êtres humains, des gens qui ont une histoire douloureuse. Ont-ils vraiment le choix ? Je trouve que cela pousse à la réflexion, à l’empathie, à avoir de la compassion envers ces personnes étouffées par le désespoir.

Nadia Hashimi met par ailleurs en lumière le travail des bénévoles qui contribuent au bien-être des réfugiés, notamment avec Roksana. Personnage de l’histoire que Salim rencontre dans un camp à Patras. Avec également les bénévoles de la jungle de Calais. 

Je dois avouer que la façon dont se termine le roman m’a un peu remuée, rhalala qu’est-ce que je suis restée sur ma faim. Cependant, l’histoire dans sa globalité m’a tellement transmis d’émotions que je n’en tiens pas du tout rigueur à l’auteure. Et plus le temps passe après avoir fini le livre, plus ça n’a plus vraiment trop d’importance, cela me laisse une note d’espoir pour Fereiba et Salim et c’est le principal finalement.

Enfin, je trouve la couverture absolument sublime, lorsque je l’ai vue pour la première fois j’ai tout de suite pensé à la couverture de Ainsi résonne l’écho infini des montagnes de Khaled Hosseini (autre coup de coeur). Une couverture qui invite au voyage et promet une histoire pleine d’émotion.

En résumé, cet exode d’une mère à la volonté de fer et de ses enfants est palpitant. En route vers l’inconnu total, ils espèrent une vie paisible, vont-ils y parvenir ? C’est dans cette attente que fut ma lecture. Meurtri par la guerre, le trajet de cette famille sera semé d’embûche. Ils rencontreront cependant des gens merveilleux leur apportant assistance et réconfort sans rien attendre en retour. Si la lune éclaire nos pas est un roman utile et touchant qui m’a éclairé sur la condition de ces hommes, femmes et enfants qui fuient la guerre. J’espère qu’il sera lu par le plus grand nombre et qu’il -j’en suis sure- fera réfléchir sur la question migratoire actuelle. A lire absolument.

Envie d’en savoir plus sur Nadia Hashimi ? Myprettybooks lui a posé quelques questions et les a publié sur son blog, j’ai trouvé l’article passionnant: Lire l’interview

 

Si la lune éclaire no pas ebook

Titre: Si la lune éclaire nos pas
Titre originale: When the Moon is Low
Auteur: Nadia Hashimi
Date de publication: 21 octobre 2016
Edition: Milady
Genre: Littérature étrangère, contemporain
Nombre de page: 512

Envie d’acheter le livre ? clique ici => Si la lune éclaire nos pas

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Comment: